GiveBack, une solution pour l’éducation

Saviez-vous que GiveBack to Senegal peut aider les élèves en classe de terminale dont l’exemple de Momo et Bineta? A travers cette histoire, nous vous décrirons la situation que des milliers de sénégalais ont vécu et continuent de vivre chaque année.

 

Modou, ou Momo comme ses amis l’appellent, était un élève moyen en classe de Terminale S2. Il aimait beaucoup les Maths, mais avait du mal en Sciences Physiques et en Sciences Naturelles. Momo vient d’une famille modeste, pour ne pas dire pauvre. Les parents de Momo ont fait de leur mieux pour mettre à la disposition de leur fils aîné des moyens suffisants pour réussir. Rien ne ferait plus plaisir à Momo que de réussir son Bac. Avec la mention, ce serait le plus beau jour de sa vie… “Je l’aurai maman, ne t’en fais pas, je l’aurai”, répétait-il jour après jour.La meilleure amie de Momo, Bineta, est quant à elle aussi brillante que ses parents. Des livres, encore et encore, elle n’en finissait pas. Elle était en terminale S1 et quand elle trouvait le temps, elle aimait beaucoup aider son ami Momo à s’améliorer. Bineta n’avait malheureusement pas beaucoup de temps libre; entre romans policiers et exercices de Physique, elle trouvait à peine le temps de dormir.

Malgré toute la détermination qui l’animait, Momo n’a pas réussi à avoir son Bac, en tout cas pas du premier coup. Voilà que s’envole son rêve le plus cher, et avec lui, celui de sortir ses parents, ses frères et sœurs de leur situation précaire. “Nous sommes fiers de toi Modou, tu as fait de ton mieux mais ce n’était pas ta chance” lui disait sa mère, voyant la colère et la tristesse qui dévoraient son fils. Mais cette année-là, le taux de réussite au Bac était de 15%. Alors, Momo fut pris par toutes sortes d’idées, les unes plus folles que les autres. C’est d’abord la faute des correcteurs, “ils ont bâclé la correction”. Et cela va jusqu’à dénoncer le gouvernement, qui n’ayant pas assez de places dans les universités, ferait volontairement baisser le taux de réussite au Bac.

Cette année-là, les épreuves en série S1 étaient plus dures que celles des années précédentes. Mais Bineta a malgré tout obtenu son bac avec la mention Bien. Elle faisait la fierté de toute sa famille qui ne cessait de lui renouveler ses félicitations. Bineta vient aussi d’une famille modeste dont elle est l’aînée de trois frères et deux sœurs. Ses professeurs lui ont assuré un avenir radieux tellement elle les avait impressionnés. Ces derniers n’étaient cependant pas très au courant des opportunités qui attendaient leur élève, Bineta l’était encore moins. Qui peut les blâmer? Après tout, ils n’ont pas été formés ni préparés à cela.

1 réflexion sur “GiveBack, une solution pour l’éducation”

  1. Ping : Mot du Président – GiveBack to Senegal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *